Quand Orsay se transforme en salle de bal

Comme vous l’aurez sans doute remarqué, pour ses 30 ans, Orsay fait sa rentrée avec une grande exposition, Spectaculaire Second Empire. À défaut de vous parler de l’exposition en elle-même, qui sera le sujet d’un prochain article, nous allons aujourd’hui vous présenter un des nombreux événements associés à celle-ci : les bals.

Le musée d’Orsay a semble-t-il voulu mettre le paquet cette année pour la sortie de son exposition de rentrée et propose pas moins de 40 évènements autour du thème du Second Empire.

La danse un élément central de la société

P1790771.JPGUn des thèmes principaux est évidemment la danse. Activité indissociable de la vie mondaine, les bals ont rythmé le Second Empire, plus endiablés les uns que les autres. Lieu de sociabilité, ils étaient courus de tous et s’y côtoyaient aussi bien étudiants que cocottes, bourgeois ou aristocrates ; on pouvait alors compter dans la capitale pas moins d’un bal chaque soir de la semaine. Certains étaient célèbres comme les très prisés bals du baron Haussmann où l’on pouvait croiser jusqu’à 3000 personnes en même temps.

La danse a depuis longtemps fait partie de la vie aristocratique et mondaine, cependant durant le Second Empire, on observe une mutation de celle-ci. En effet, de danses diversifiées et adaptées à chaque catégorie sociale, on retrouve à cette époque un répertoire de danses communes à tout le monde dans tout l’Empire. Il est alors impératif de savoir danser. Aussi, de nombreux cours nocturnes de danse se développent dans la capitale afin de garantir la discrétion aux élèves.

Les tenues de bal, entre sobriété et exubérance

Tandis que les hommes adoptent la culotte noire, généralisant ainsi le port d’un habit noir, on assiste du côté des femmes à une explosion de couleurs. La robe à crinoline mise à l’honneur sous le Second Empire nécessite plus de 10 mètres de tissus et permet de relancer l’industrie du textile en France. La toilette de la femme est alors le reflet du portefeuille de son mari.

P1790687.JPGDans ce siècle foisonnant de modes successives qu’est le XIXe, la silhouette féminine du Second Empire reste iconique. Tout n’est alors que démesure pour la mode féminine à cette époque, tant sur les robes que sur les coiffures, rien n’est too much. Tant le mobilier que le costume sombre des hommes permettent à la femme d’être le point de mire de tous les regards.

La coiffure, gage d’honorabilité

La coiffure en vogue est composée d’une raie médiane, plate sur le sommet du crâne et de deux bandeaux de cheveux descendant en s’évasant sur les oreilles. De nombreux postiches sont utilisés pour donner à la coiffure son ampleur sur les côtés et l’arrière duP1790812.JPG crâne. Les femmes utilisent alors tout ce qui leur tombe sous la main pour décorer : fleurs, plumes, rubans, peignes, colliers de perles, diadèmes…

Il est impératif pour les femmes de paraître parfaitement coiffées à ces bals, étant donné qu’une coiffure mal arrangée était l’annonce d’une personne dont on pouvait louer les services…

L’occasion de trouver chaussure à son pied

Le bal est l’occasion idéale pour trouver une épouse, la femme y est alors présentée comme Dieu l’a faite. Sa taille est exacte (chose permise par la coiffure à raie médiane), ses épaules sont dégagées, sa taille est fine et de longues et fines jambes sont mises en valeur par l’épanouissement de la jupe supportée par une crinoline (cage baleinée) qui permet de donner toute son ampleur à cette silhouette si reconnaissable.

Une association qui fait revivre la danse historique

L’après-midi d’hier fut l’occasion pour quelques membres de l’association Carnet de Bals – qui a pour but de faire revivre la danse historique – de présenter au public sous la grande nef du musée d’Orsay un petit échantillon de ce qui pouvait se danser dans les bals : depuis la marche d’ouverture qui permettait à chacun de savoir qui était présent à la soirée, jusqu’au célèbre quadrille français, danse phare du Second Empire, en passant par la valse, le quadrille des lanciers, le quadrille américain, la farandole…

Le public a également pu se régaler de danses plus virtuoses tel le quadrille cancan quip1790724 reprend au quadrille français classique ses figures de base en y rajoutant des mouvements exubérants et exagérés, pirouettes, grands écarts, équilibres… En bref tout ce qui pouvait passer à l’esprit de cette jeunesse fougueuse. Ce type de danse qui laissait ses danseurs échevelés, ses jeunes filles rouges et décoiffées ayant montré leurs jambes et leurs pantalons, hors de toute convenance, fut promptement interdit par le baron Haussmann.

Les bals duraient traditionnellement de la tombée de la nuit aux premières lueurs de l’aube, et laissaient les danseurs exténués, après un traditionnel galop final, rentrer chez eux et rêver à leur prochain bal…

Vous aussi venez participer à un bal Second Empire !

Le musée d’Orsay, en partenariat avec l’association Carnet de Bals, organise trois bals dans la salle de bal de l’ancienne gare. Deux se dérouleront l’après-midi, les dimanches 16 octobre et 3 novembre et un bal nocturne aura lieu le samedi 3 décembre. Vous pourrez profiter de cours d’initiation prodigués par l’association avant de vous élancer sur la piste dans vos plus beaux atours afin de revivre la féerie de ces soirées.P1790806.JPG

Pour vous inscrire, rendez-vous sur le site du musée d’Orsay : www.musee-orsay.fr dépêchez vous si vous souhaitez avoir des places, elles partent comme des petits pains !

Pour vous faire patienter, le teaser des bals par le Musée d’Orsay : https://www.youtube.com/watch?v=1N5RcaGIr7A

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s