Rembrandt en tête à tête

Une vision intime de l’Oeuvre de Rembrandt investit les salles d’exposition du musée Jacquemart André pour quelques mois et ceci, sous la direction d’Emmanuel Starcky, Peter Schatborn et Pierre Curie.

Un parcours simple et efficace…

Vous ne trouverez dans cette exposition pas de sujet axé sur la technique et la manière de faire, il s’agit juste du cadre intime comme le dit si bien le titre. Huit salles qu’il est possible de diviser en trois zones chronologiques. La première zone expose sa famille et ses débuts d’artiste. Entre-autre, il est possible de trouver parmi les œuvres deux gravures représentant les portraits de la mère et du père de l’artiste ainsi que ses premiers chefs-d’oeuvre usant du clair-obscur. La seconde zone peut être vue comme la période où il est totalement reconnu. Les commandes affluent, son univers se précise. Vous y rencontrez un supposé portrait de sa femme mais d’autres portraits aux admirables costumes. La troisième zone, quant à elle, est la fin de carrière et de vie de l’artiste. On remarque alors encore une évol-

capture-decran-2016-10-24-a-19-18-03
Gravure du portrait du père de Rembrandt (1630) © Fondation Custodia, Collection Frits Lugt, Paris.

ution dans sa technique mais aussi dans les sujets. A travers ces zones, sont présentées la vie de l’artiste, ses inspirations et succinctement les principales techniques qu’il a employé. Tout cela de manière très cadrée évitant les mélanges menant à une incompréhension, « chaque chose à sa place comme chaque place a sa chose » sont les maîtres mots.

C’est une plongée dans les inspirations de l’artiste illustrées par de belles œuvres. Ses débuts avec le clair-obscur, mais aussi l’Orient, la religion… Tous les topos de son Oeuvre.

Les explications sont claires, nettes et précises. Il ne s’agit pas d’une accumulation d’art, chaque oeuvre a son rôle à jouer dans le schéma de compréhension. Malgré la petitesse des espaces d’exposition, on arrive à avoir une vision globale de l’artiste et on peut commencer à comprendre son cheminement.

… mais qui aurait pu être plus poussé.

harmensz_van_rijn_rembrandt_-_%d1%84%d0%bb%d0%be%d1%80%d0%b0_-_google_art_project
Flora (1634), musée de l’Hermitage de Saint-Petersbourg (Russie).

Ce parcours simple mais efficace permet de découvrir Rembrandt. Pour les connaisseurs, vous risquez de rester sur votre faim. L’espace d’exposition temporaire étant très petit, cette exposition n’est finalement pas très poussée. Certaines choses auraient pu être plus approfondies, notamment du côté des techniques qui laissent perplexes. Tel est le cas de la gravure dans la salle 7. Certes un dispositif numérique explique un peu le procédé mais c’est par le biais d’une visite guidée que tout prend sens. L’ensemble de cette exposition est à compléter par le biais de ces visites ou avec des publications annexes. Mais cela coûte plutôt cher et semble peu accessible pour un étudiant (rappelons que l’entrée est payante et le petit dépliant aussi).

Le second bémol est la scénographie. L’espace n’est pas forcement prêt à accueillir tous types de peintures et cela se ressent. Une salle semblant assez étroite accueille des grands formats parmi lesquels il y a la fameuse Flora du musée de l’Ermitage. Chef-d’oeuvre qui n’est pas du tout mis en valeur puisqu’il est impossible d’avoir une bonne vision d’ensemble, parfois même de certains détails, à cause de l’éclairage trop puissant. Il faudrait se mettre au milieu de la pièce pour pouvoir l’observer correctement mais un flot continu de visiteurs empêche cela. D’autres œuvres sont touchées par ce fléau lumineux et seules les peintures de la dernière salle sont épargnées, le haut plafond, et donc l’éloignement des spots, permettant la prouesse. Les dessins et gravures quant à eux sont visibles correctement et attirant moins l’attention, ont plus de visibilité.

En résumé : c’est une exposition qui est à voir notamment pour les 3A car on peut retrouver en un même endroit et de manière chronologique l’Oeuvre de Rembrandt, plutôt utile si votre mémoire est visuelle. Pour ceux ne connaissant pas encore l’artiste, c’est un moyen de le découvrir et de se questionner à son propos avant de faire des recherches plus poussées.

Astuce : Avant la visite, vérifiez qu’il n’y ai aucune visite guidée. Regroupant énormément de personnes, elles gênent facilement dans les petites salles et ne permettent alors pas d’apprécier les œuvres a leur juste valeur.

crlr0xrwcae4pfc

Informations pratiques : Rembrandt intime au musée Jacquemart-André jusqu’au 23 janvier 2017. Ouvert tous les jours !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s