Marie-Antoinette : la jeunesse d’une reine

Marie-Antoinette : la jeunesse d’une reine  est un manga de Fuyumi Soryo sorti le 21 septembre en France. Edité chez Glénat en partenariat avec le château de Versailles, il tente de retracer la jeunesse de cette reine fascinante, mal-aimée mais aussi adulée.

14639821_775036542635665_7049836083628551466_nLe manga comme support offre une interprétation originale dès le départ. Le trait très fin et gracile permet un design épuré particulièrement adapté au règne de l’Autrichienne tout en élégance et avec un grand sens du détail. Le manga est un art traditionnel japonais qui trouve son essor au XXème siècle notamment après la Seconde Guerre Mondiale. La rencontre entre cet art japonais et la culture historique française ne déçoit pas dans l’apparence et donne à voir des images et un univers somptueux. L’auteure s’est beaucoup documentée allant jusqu’à venir en France. Elle a eu accès grâce à la direction du château de Versailles à une visite privée des espaces particuliers et secrets de la reine. Elle s’est également inspirée des gravures et tableaux de l’époque pour reconstituer le plus fidèlement possible le décor.

14958374_775041252635194_1580382371_n
Elisabeth Vigée-Lebrun, Marie-Antoinette en Gaulle (1783)

Il y a donc une démarche véritablement historique du moins dans la remise en contexte. Néanmoins, pour ce qui est de la présentation du personnage et du scénario, l’auteure interprète beaucoup et choisit de présenter la jeune reine sous un jour entièrement positif, ce qui pourrait être contesté. Mais en réalité ce n’est pas de la souveraine dont Soryo fait le portrait mais davantage de la femme. Elle la représente alors dans sa jeunesse, à son arrivée à Versailles : une femme-enfant qui se doit de grandir et murir rapidement pour représenter son pays d’origine et honorer l’alliance avec la France. Mais surtout une femme qui se voit confrontée à la rudesse et l’hypocrisie de la cour Versaillaise et qui tente de s’en protéger. Une femme qui rencontre un mari qu’elle ne connait pas : Louis-Auguste, le futur Louis XVI et leur nouvelle relation. Ainsi le regard posé sur la jeune femme est résolument moderne. Marie-Antoinette veut être libre de contrainte, elle veut s’épanouir dans des activités qu’elle juge bonnes comme la danse ou l’équitation en faisant fi des conventions. Elle veut une intimité et une vie de couple malgré les obligations royales.


C’est une femme indépendante que ce très bel ouvrage nous présente, un seul regret : il n’y aura qu’un seul tome… Le lecteur reste donc un peu sur sa faim mais c’est en échange d’un grand plaisir à la lecture.

Informations : Marie-Antoinette, la jeunesse d’une reine par Fuyumi Soryo aux éditions Glénat (collaboration avec le Château de Versailles). A retrouver aujourd’hui dans toutes les librairies.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s