Le Retable de la Passion de Champdeuil

Le retable de la Passion conservé au Musée de Cluny est par les influences qu’il a reçues un bon exemple de la production de retables sculptés à la fin du Moyen Age. Sa riche iconographie est également représentative de ces réalisations.

retable-champdeuil
© RMN-Grand Palais (musée de Cluny – musée national du Moyen-Âge) / Michel Urtado

Ce retable a été réalisé en bois sculpté, peint et doré ; il était à l’origine entièrement polychrome. Sa taille est relativement monumentale, jusqu’à 2 mètres de haut et plus de 4,5 mètres de large une fois ouvert. Les fonds de caisse ornés d’arcatures de style gothique flamboyant permettaient de situer ce retable dans le temps, mais ce sont surtout les costumes des personnages qui ont permis de donner une datation assez précise de ce retable, entre 1516 et 1536 ; les vêtements compliqués et presque surchargés de certaines figures sont en effet typiques du premier tiers du XVIe s, avant 1530. Conservé au Musée National du Moyen Age, le retable de la Passion a été donné au musée en 1861 par la commune de Champdeuil (Seine-et-Marne), pour des raisons de conservation. Il se trouvait à l’origine dans l’église de cette commune.

Le retable prend la forme traditionnellement utilisée pour les retables sculptés, notamment aux Pays-Bas : une caisse en forme de T inversé, flanquée de volets peints sur les deux faces, permettant de refermer le retable. Ces volets sont ornés sur les faces internes des douze apôtres, représentés en pied avec leurs attributs, sur fond d’or, et des prophètes représentés en partie inférieure, en buste, sous des arcades. La face externe des volets présente des peintures très lacunaires, représentant une Annonciation entre deux saints dont l’un présente à la Vierge le donateur du retable. Les quatre évangélistes sont également représentés en partie supérieure. Ces parties peintes sont signées à trois reprises « Lucas Lois ».

La partie sculptée prend place dans les trois parties de la caisse, dont le fond est creusé d’arcades de style gothique flamboyant. Dans la caisse centrale se trouve la Crucifixion, encadrée dans les caisses latérales du Portement de Croix à gauche et de la Mise au tombeau à droite ; ces scènes de la Passion du Christ donnent son nom au retable. Ces scènes permettent d’observer la représentation de plusieurs personnages essentiels dans la Bible, et notamment dans le récit de la Passion. On peut notamment voir à trois reprises saint Jean, représenté conformément à la tradition avec une chevelure bouclée, et soutenant la Vierge durant la Passion. Marie est représentée voilée, dans un manteau simple dont il reste par endroit des traces de polychromie bleue, couleur traditionnellement associée à la Vierge. On peut également remarquer la figure de Marie-Madeleine, la pécheresse repentie de la Bible, identifiable ici par ses riches atours signifiant le luxe dont elle va par la suite se détourner afin de suivre la voie indiquée par le Christ : diadème dont il reste la dorure, robe très ouvragée. Elles sont complétées par deux scènes de la Vie du Christ, qui prennent place sous la Crucifixion : la Nativité et l’Adoration des Mages. Enfin, sous chaque caisse latérale, la prédelle contient de chaque côté deux anges. Sous le Portement de Croix, ces anges présentent la Sainte Face, c’est-à-dire le voile de sainte Véronique sur lequel s’est imprimé le portrait du Christ lorsqu’il s’est essuyé le visage pendant le Portement de croix. Cette iconographie vient directement compléter celle du Portement représentée juste au-dessus, où l’on voit la sainte tenant son voile, semblant prête à l’offrir au Christ portant sa croix. De l’autre côté, les anges tiennent et encadrent les instruments de la Passion : la croix avec la couronne d’épines posée dessus, la lance de Longin, et la colonne à laquelle le Christ a été attaché pour la Flagellation, autre épisode de la Passion.

Retable Champdeuil détail.JPG
Image : Harmonia Amanda

On a longtemps attribué la partie sculptée aux Pays-Bas, notamment à la ville d’Anvers, et les volets peints à la Champagne. Cette attribution a été encouragée par la présence de plusieurs caractéristiques des Pays-Bas du Sud, comme le foisonnement des personnages et l’air trivial de plusieurs figures. Cependant, une étude plus poussée a mis au jour des incohérences dans cette hypothèse. Le retable ne présente en effet aucune marque d’atelier pour sa partie sculptée ; or, les nombreuses pièces produites à Anvers comportent généralement la main anversoise, cette main semblant coupée placée parmi les figures sculptées, parfois à de multiples reprises. Il existe également des différences stylistiques entre la production nordique et ce retable, notamment concernant la représentation des personnages féminins et masculins, marquée par une typologie claire : femmes qui reprennent toutes la même physionomie, bourreaux aux traits plus grossiers, presque caricaturaux. Ces éléments ont amené à la conclusion que le retable de la Passion était sans doute la production d’un atelier local de Champagne, nourri d’influences anversoises, peut-être par le biais de gravures que les imagiers auraient ensuite copiées dans leur style local.

Le retable était placé derrière l’autel, dans le choeur de l’église. Selon une tradition qui s’est perdue depuis, le prêtre lui faisait face, tournant le dos aux fidèles. Ceux-ci ne pouvaient pas vraiment s’approcher du retable, puisqu’une clôture de choeur les séparait de l’espace rituel.

Quoiqu’il ne provienne pas directement des Pays-Bas, le retable de la Passion de Champdeuil synthétise un certain nombre de traits marquants de la production nordique de retables, et permet de voir leur diffusion importante, que ce soit directement, par le biais du commerce, ou indirectement, par le biais de gravures, comme c’est ici sans doute le cas.

Publicités

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s