Saint-Martin de Chapaize, un site clunisien ?

L’église Saint-Martin de Chapaize, en Saône-et-Loire, est une église prieurale qui dépendait de l’abbaye Saint-Pierre de Chalon. Elle est située à une dizaine de kilomètres au nord de Cluny et à 8km à l’ouest de Tournus. Elle était au centre d’un complexe prieural dont elle est le dernier vestige. Grâce à des comparaisons stylistiques et à des analyses dendrochronologiques, il a pu être établi que l’église est construite dans le 2e quart du XIe siècle, et que le chevet, la voûte du vaisseau central et une partie du bas-côté nord furent reconstruits dans le 2e quart du XIIe siècle. Jusqu’au XIXe siècle, les travaux effectués sur l’église restent mineurs.

p1760633
Eglise Saint-Martin de Chapaize, 2e quart du XIe siècle

L’église de Chapaize : tentative de voûtement novateur et haut clocher

p1820014
Plan de l’église de Chapaize

L’église est orientée, elle est constituée d’une nef de cinq travées et trois vaisseaux : un vaisseau central et deux bas-côtés. Le transept n’est pas saillant, ses bras sont dans la continuité des bas-côtés. Le chœur est constitué d’une travée droite, il se termine avec une abside en cul de four. Deux absidioles prolongent les bas-côtés.

p1760601
Vue intérieure de l’église de Chapaize

La nef est couverte d’une voûte en berceau légèrement brisé, renforcée par des arcs doubleaux entre chaque travée. Les bas-côtés sont couverts de voûtes d’arêtes, chaque travée est aussi séparée par de gros doubleaux. La croisée du transept, sous le clocher, est la partie la plus haute de l’intérieur de l’église. Elle est couverte d’une coupole sur trompes. La travée droite de chœur est couverte d’une voûte d’arêtes et l’abside et les absidioles sont en cul de four. La voûte actuelle date de la première moitié du XIIe siècle et n’est pas contemporaine de l’élévation de la nef. On observe un léger déversement des murs de la nef, qui a été causé par un mauvais contrebutement. La première voûte de la nef était une voûte en berceau, dont on distingue le profil sur le mur ouest de la nef. Elle retombait au niveau des fenêtres hautes actuelles, il ne devait donc pas y avoir d’éclairage direct de la nef au XIe siècle. La deuxième phase voit donc l’ouverture des fenêtres hautes.

p1760631
Clocher de l’église de Chapaize

Le clocher, haut de 35m, est le plus haut qui soit conservé en Bourgogne pour le XIe siècle. Les gros contreforts au nord et au sud sont ajoutés au XIIe siècle. Après un décor d’arcatures au niveau de la corniche de la nef, les parties hautes se divisent en deux niveaux de même hauteur. Le premier niveau fait alterner trois arcatures entre chaque lésène sur le grand côté et deux arcatures entre les lésènes du petit côté. Le niveau supérieur est séparé en deux autres rangées d’arcatures et lésènes, mais des baies s’incorporent dans les ouvertures des arcatures. Il s’agit de baies géminées avait une colonnette comportant un chapiteau sculpté. Le côté nord de la tour-clocher possède une colonnette figurée, qui est une introduction très précoce de la représentation humaine dans le décor architectural, au même moment que les chapiteaux figurés de Saint-Bénigne de Dijon.

Au même moment dans la région…

big-cluny_ii_restitLa comparaison la plus souvent établie avec Chapaize concerne l’église abbatiale de Cluny II, dont la construction est lancée par l’abbé Mayeul en 963, et dont la consécration a lieu en 981. Cluny II mesure environ 50m de long, soit 15m de plus que Chapaize. Sa nef est longue de deux travées de plus, son transept, de la même hauteur que la nef, est réellement saillant et est doté de chapelles orientées, et le chœur est plus étiré. Cependant, la tour-clocher de Cluny II devait avoisiner les 28 à 29m de haut, donc elle était moins haute que celle de Chapaize qui culminait à 35m. De plus, il semblerait que la nef de Cluny ait d’abord été charpentée, et que la voûte en berceau ait été ajoutée vers 1010.

p1760415
1er étage de l’avant-nef de Saint-Philibert de Tournus (1009-1019 ou 1030-1050)

L’église Saint-Philibert de Tournus connaît une phase de reconstruction entre 1009 et 1019. On attribue la construction de la crypte et du chœur de l’église à cette phase de travaux. Il est possible que l’avant-nef ait également été commencée pendant cette phase, mais elle est parfois datée des années 1030-1050, donc en même temps que l’église de Chapaize. La crypte est composée d’un déambulatoire voûté d’arêtes qui retombent sur des dosserets comme à Chapaize. L’avant-nef est à deux niveaux et trois vaisseaux de trois travées, le premier est voûté d’arêtes qui reposent sur des piles rondes, et le deuxième niveau comporte un vaisseau central voûté en plein cintre et des bas-côtés voûtés de demi-berceaux qui contrebutent le vaisseau central. Selon l’hypothèse de datation privilégiée, l’avant-nef est construite avant ou en même temps que Chapaize. On retrouve des piles similaires, mais le chapiteau maçonné est remplacé par un bandeau. La colonne engagée est ici un dosseret, et il y a deux fenêtres par travées, qui sont plus grandes qu’à Chapaize. Le contrebutement est plus performant qu’à Chapaize par l’utilisation des demi-berceaux, mais leur utilisation a peut-être été jugée nécessaire vu qu’il s’agit d’une salle haute et qu’il n’y a pas de contreforts à Tournus, mais simplement un décor d’arcatures et lésènes.

p1750208
Abbaye de Dijon, grande salle, 1031-1052

Le type du pilier surmonté par un chapiteau maçonné se rencontre à Dijon, dans la grande salle sous le dortoir, qui fait partie des bâtiments claustraux reconstruits par l’abbé Halinard entre 1031 et 1052. La transition entre le haut du chapiteau et la voûte se fait beaucoup plus logiquement qu’à Chapaize, mais il s’agit uniquement de voûtes d’arêtes et il n’y a pas la différence de niveau qu’implique un vaisseau central d’église. Cette salle faisant partie des bases du bâtiment, elle a dû être construite en premier, et a pu servir de modèle à l’église de Chapaize dont les travaux débutaient tout juste. On peut penser que le maître d’œuvre de Chapaize a souhaité fusionner cette salle avec ce qu’il a vu à Tournus, ou alors qu’il s’agit du même maître d’œuvre.

5159905718_86cb042961_b
Tour-porche de Saint-Benoît-sur-Loire, 1020-1035

Parallèlement à ces recherches, d’autres constructions vont vers une voie différente à travers l’utilisation de la pile composée. On peut le voir notamment dans la crypte de la cathédrale d’Auxerre, qui est réalisée entre 1025 et 1040, et sous la tour-porche de Saint-Benoît-sur-Loire, entre 1020 et 1035.

Et après ?

p1730080
Vézelay, 1120-1140

À partir de la fin du XIe siècle, Chapaize est entourée de nouvelles constructions qui témoignent de la vitalité architecturale de la région. La construction majeure la plus proche est l’église de Cluny III, commencée à la fin du XIe siècle et terminée vers 1130. Deux autres chantiers majeurs des débuts du XIIe siècle montrent les évolutions que subissent les formes architecturales : l’église de Vézelay, construite de 1120 à 1140, et la cathédrale d’Autun, de 1120 à 1146. Dans les deux cas, l’utilisation des piles composées est totalement intégréeet la colonne engagée ou le dosseret qui va supporter l’arc doubleau de la voûte ne monte pas directement au doubleau, il s’arrête à différents paliers, comme c’était le cas à Chapaize et Tournus.

L’église de Chapaize, témoignage des rivalités entre les seigneurs laïcs et les abbés de Cluny

p1760622
Clocher de Chapaize

L’église de Chapaize, même s’il elle était au cœur d’un territoire riche et en plein épanouissement, n’a pu avoir qu’une influence limitée dans l’architecture du XIe siècle. L’église pourrait avoir été construite par les seigneurs d’Uxelles et de Brancion, par volonté de montrer leur puissance aux abbés de Cluny. Chapaize est située au cœur du domaine seigneurial, et son haut clocher est bien visible de loin. Cluny n’est située qu’à une dizaine de kilomètres de Chapaize et des sources écrites parlent des rivalités qui existaient entre Cluny et les seigneurs environnant qui ne pouvaient que constater la perte de leur pouvoir face à l’abbaye. C’est ce qui expliquerait pourquoi les commanditaires ont fait le choix d’une église avec un clocher si monumental.

p1760611
Chapaize, bas-côté sud

Pour ce qui est de l’influence architecturale, les artisans présents sur le chantier ont pu diffuser ces expériences et les faire évoluer en fonction de leurs besoins sur d’autres chantiers. Par ailleurs, Chapaize semble s’inspirer principalement de monuments en cours de construction (Dijon et Saint-Philibert de Tournus), montrant qu’elle est au cœur des réflexions de son temps. Cependant, c’est seulement lorsque toutes les églises bourguignonnes auront été datées précisément que nous pourrons réellement connaître comment a eu lieu la diffusion des formes et des techniques de constructions d’une église à une autre. Saint-Martin de Chapaize apparaît donc comme une des nombreuses étapes des recherches sur la structure de l’édifice avec pour finalité de combiner support, voûtement et éclairage direct.

Bibliographie :

  • Éliane Vergnolle, « Chapaize, église Saint-Martin – Un monument du  »Premier art roman » en Bourgogne », dans Congrès archéologique de France – 166e session, 2008, Saône-et-Loire, Bresse bourguignonne, Chalonnais, Tournugeois, Paris, Société Française d’Archéologie, 2010.

  • Christian Sapin, La Bourgogne romane, Dijon, Éditions Faton, 2006.

  • Centre d’études médiévales d’Auxerre, Les prémices de l’art roman en Bourgogne, Précy-sous-Thil, Éditions l’Armançon, 1999.

  • Christian Sapin, « Bourgogne – L’espace et le duché de Bourgogne », dans Le paysage monumental de la France autour de l’an Mil (colloque international C.N.R.S. « Hugues Capet 987-1987. La France de l’an Mil », juin-septembre 1987), sous la direction de Xavier Barral i Altet, Paris, Picard, 1987.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s