A Cure for Life (2017), par Gore Verbinski

Je n’étais pas allée au cinéma depuis plusieurs mois et ce fut avec A Cure for Life que j’ai décidé de m’y remettre. Je vous propose donc une critique de ce film quelque peu…. particulier !!! SPOILER ALERT !!!

Le cadre

Par où commencer ? Tout d’abord ce film est beau, dans le sens beau à regarder. Chaque plan, chaque scène bénéficie d’une esthétique visuelle très travaillée, notamment au niveau des jeux de lumière et de miroirs tout au long du film. Le film se déroule principalement dans un château perché en hauteur des Alpes suisses où se déroule la « Cure », ce qui nous offre là encore de beaux décors en lumière naturelle.

La « Cure » parlons en justement : Lockhart, le personnage principal de l’histoire, doit se rendre dans cette clinique pour ramener un collègue qui aurait dû rentrer de cette cure  depuis un petit bout de temps déjà… A première vue, la clinique semble le lieu de vie idéal pour toute personne bien portante ou non avec son aspect parfaitement lisse et immaculé sur chaque plan, sur les décors, les employés, les vêtements, et surtout les pièces beaucoup trop grandes et beaucoup trop épurées, trop blanches, donnant une impression très malsaine qui cache évidement quelque chose de bien crado. C’est là que commence la psychose, juste en posant le cadre où va se dérouler l’histoire.

Un triller psychologiquement malsain…

Cette ambiance malsaine va devenir exponentielle tout au long du film. Le sentiment que la pièce se rétracte, que l’on va manquer d’air, tout comme le piège qui se referme sur Lockhart, est présent en permanence. Cela va de la mise en scène des peurs primaires de l’être humain comme la scène de noyade, ou la suffocation, jusqu’aux peurs bien plus viscérales comme le fait d’être impuissant face à l’intrusion forcée d’anguilles dans l’œsophage (oui oui les bestioles qui vivent dans l’eau et qui ressemble à des serpents !), ou bien un « dentiste » qui décide de s’en prendre à coup de perceuses aux dents saines ! De quoi mettre bien mal à l’aise ! D’ailleurs, beaucoup de plans sont filmés d’assez près, ce qui renforce le sentiment de claustrophobie. Ce film de manière générale met mal à l’aise…

Le scénario

Maintenant au niveau du scénario: honnêtement ça partait avec un bon projet je dirais, assez classique dans le genre, bien mené jusqu’aux 2 tiers du film. Après, le film prend une tournure fantastique qui décrédibilise tout ce qui a été mis en place avant. Ce n’est pas que je n’aime pas les films un brin fantastique, mais je dirais qu’il vaut mieux en faire part au spectateur assez rapidement, histoire de savoir ce qu’on est en train de regarder. Concrètement, on regarde les 2 tiers du film en pensant regarder un thriller psychologique, et au dernier tiers, on se retrouve avec une fin fantastique, assez décevante, prévisible, et complément « what the fuck » !

Certains éléments sont incohérents (pourquoi la nénette est naïve a ce point et ne se doute de rien), d’autres n’apportent rien (comme le fait que le « méchant » soit en fait un homme-poisson (mais what ?!?)). La trame scénaristique aurait pu être développée davantage et donner un rendu intéressant, et finalement rien (je pense notamment à la scène ou l’on voit le père du personnage principal qui se suicide).

Les acteurs

Dane DeHaan dans le rôle principal est assez convaincant, manquant un poil d’émotion je dirais. Peut mieux faire.
Mia Goth, dans le rôle féminin joue à merveille la nunuche bien naïve à souhait.
Et enfin, Jason Isaacs dans le rôle (du capitaine crochet, ah non c’est pas ce film ^^) du méchant joue vraiment, VRAIMENT bien ! Froid et psychopathe, je pense sincèrement que c’est lui qui joue le mieux dans A Cure For Life.

Un petit mot sur la BO, très appropriée et très bien placée. Ni trop peu, ni pas assez.

A Cure For Life est un thriller-psychotique-fantastique fort sympathique, dérangeant et envoûtant malgré quelques erreurs scénaristiques, bénéficiant d’une mise en scène rondement menée par Gore Verbinski.

Charlène Sambuchi


Plus d’informations : a_cure_for_life

A Cure for Life, réalisé par Gore Verbinski, avec Dane DeHaan, Mia Goth et Jason Isaacs.

En salle depuis le 15 Février 2017.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s