Critique de la série Netflix Les Orphelins Baudelaire

a serie of

Éteignez vos télés, cette série va vous gâcher vos journées, vos soirées…

Qui ne s’est jamais pris de pitié pour ces pauvres orphelins Baudelaire contre qui le sort semble s’acharner ? Qui n’a jamais éprouvé de compassion pour ces pauvres enfants ? Après le très bon film « Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire » réalisé en 2004 par Brad Silberling, avec notamment une belle performance de Jim Carrey, Netflix a donc décidé d’adapter à nouveau les romans de Daniel Handler mais cette fois-ci sous la forme de série. Netflix nous ayant rarement déçu quant à sa réalisation, nous ne pouvions qu’être confiants. Et l’annonce de Neil Patrick Harris grimé en Comte Olaf a pu en faire frémir de plaisir plus d’un.

  La première saison est officiellement sortie le vendredi 13 Janvier 2017. Les plus superstitieux d’entre vous auront noté que même la date a été pensée.

Décryptons donc cette première saison.

Une narration très prenante et rythmée

  Dès le départ, nous rencontrons Lemony Snicket, narrateur de cette histoire joué par Patrick Warburton. La présence de ce dernier est extrêmement importante… voire quasi systématique, ce qui, pour certains peut poser un problème. De plus, le fait que le personnage de Lemony Snicket soit directement révélé et ne reste pas dans l’ombre comme dans le film de 2004 peut enlever un peu de charme et de mystère à ce personnage. Mais ce n’est là qu’un détail. Une chose qui m’a cependant embêté est que de par la présence très importante de ce dernier, ce dernier va volontairement spoiler ce qui va arriver par la suite. Pour ceux qui, comme moi, ont vu le film, cela n’est pas dérangeant outre-mesure, mais pour quelqu’un n’ayant ni vu le film, ni lu les livres, cela peut poser problème.

  Mis à part cela, la série est entraînante, il se passe beaucoup de choses durant cette saison. Chaque épisode est séparé en deux parties ce qui permet de bien développer chaque personnage, on a le temps de s’attacher à chacun, de comprendre leur histoire et tout ce qui gravite autour d’eux.

Des couleurs et une ambiance particulière

 Le monde dans lequel vivent les Orphelins Baudelaire est quelque peu excentrique et loufoque dans les livres comme dans le film de 2004, et la série Netflix a réussi à très bien retranscrire cette ambiance décalée.

  De manière subtile notamment avec la palette de couleurs très pastel ou très « Alice au Pays des merveilles» par moment. C’est par exemple le cas dans la maison de l’oncle Montgomery Montgomery avec son immense jardin, ses murs jaune vif et son immense serre de reptiles. C’est donc une explosion de couleurs que nous avons à l’écran qui plonge les spectateurs dans un monde à part, un monde un peu fantaisiste. Il y a bien sûr d’autres éléments qui nous font un peu plus plonger dans le mystère et la fantaisie mais pour éviter de vous spoiler quoi que ce soit je ne vous dévoilerais rien de plus et vous laisserais voir par vous-même.

 Cet effet est d’autant plus accentué que rien ne nous permet de nous situer dans une période temporelle fixe. En effet, rien dans la série ne peut nous indiquer précisément quand est ce que l’histoire se déroule. On peut juste émettre des hypothèses. Ce flou temporel nous permet ainsi de mieux accepter les événements un peu curieux qui se déroulent tout le long de l’histoire. Cela amène un peu de « magie » aussi et la voix off du narrateur nous pousse vraiment à nous plonger entièrement dans l’histoire. En brisant ce quatrième mur, le spectateur se sent vraiment partie prenante de l’histoire et se découvre une passion quelque peu masochiste à suivre les « désastreuses aventures » de ces orphelins.

  L’ambiance de cette série est clairement décomplexée et même drôle par moments. Le fait que le Comte Olaf soit membre d’une compagnie de théâtre amène des scènes pouvant être extrêmement loufoques mais drôles à souhait. Chaque apparition du Comte Olaf grimé de différentes façons peut s’apparenter à une pièce de théâtre unique en son genre. Et la « stupidité » volontaire ou non du banquier Arthur Poe joué par K. Todd Freeman, qui soit dit en passant est excellent dans son rôle, nous fait à la fois rire et à la fois nous consterner en nous faisant nous interroger : « Mais, est-il vraiment aveugle ou bien ?! ». Cette dimension théâtrale ajoute vraiment un petit quelque chose de très séduisant à cette série.

 Un casting très bien choisi

  Parlons maintenant du casting de cette série. Il est, de mon avis, en tout point excellent. Le choix de Neil Patrick Harris pour jouer le Comte Olaf est brillant. Il est excellent en tout point. Il s’adapte parfaitement à tous les personnages qui seront joués par le Comte Olaf afin de subtiliser la fortune des orphelins et chacune de ses interprétations est meilleure que la précédente.

  Le choix des Orphelins aussi est très judicieux : Malina Weissman incarnant Violette qui, soit dit en passant, ressemble étrangement à la Violette du film (interprétée par Emily Browning), Louis Hynes incarnant Klaus et Presley Smith incarnant Prunille. Les trois enfants se complètent à merveille et sont véritablement très attachants.

  Todd Freeman jouant Arthur Poe est aussi un choix judicieux, car comme dit plus haut, on apprécie le voir être aveuglé à ce point devant les supercheries du Comte Olaf.

  Patrick Warburton jouant Lemony Snicket est aussi un très bon choix, avec sa voix extrêmement posée, il est le parfait conteur de cette histoire. Cependant sa présence trop récurrente peut être dommageable mais cela n’est qu’un point de vue personnel.

  Le reste du casting est tout aussi bon et on voit bien que chaque acteur s’est bien fondu dans son personnage.

Verdict

  Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire version Netflix est une très belle adaptation des livres de Daniel Handler. L’hommage est d’autant plus marqué que chaque épisode porte le nom d’un des tomes de la série. Cela laisse ainsi présager que cette série connaîtra plusieurs saisons. Alors, si vous avez apprécié les livres ou le film, n’hésitez plus une seule seconde et jetez-vous sur cette série qui vous gâchera vos journées, vos soirées… Mais étonnamment, je n’ai jamais autant apprécié d’avoir eu une journée gâchée.

 

Publicités

Un commentaire sur “Critique de la série Netflix Les Orphelins Baudelaire

  1. Je trouve que tout est bien dans cette série, comme tu dis les images/couleurs, les acteurs plus que bien choisis, bien que je n’ai pas lu les livres je trouve que c’est tellement particulier que ça a l’air de correspondre tout à fait à une ambiance qu’on aurait voulu nous donner dans un livre. Bref je la trouve très bien, seul bémol, je n’arrive pas à être à fond dedans. Je ne sais pas pourquoi, du coup je regarde seulement un épisode de temps en temps.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s