Kaoru Mori : dessiner le passé.

Kaoru Mori est une mangaka célèbre pour ces deux œuvres : Emma et Bride Stories. Elle reçoit le prix intergénérations du festival d’Angoulême en 2012 pour Bride Stories.

J’ai découvert cette auteure lorsque Emma a été réédité en grand format. Il est en effet très difficile de trouver les petits formats de ce manga, qui a eu un succès limité en France. C’est Bride Stories et son succès qui permet à l’ancienne série de renaître sur les étagères des librairies.

Présentations

Emma est une femme de chambre dans l’Angleterre victorienne, et Bride Stories suit l’histoire d’une jeune femme de vingt ans mariée à un garçon de douze ans au XIXe siècle dans l’Asie Centrale.

Voilà ce que vous pourrez voir sur les jaquettes de ces mangas, mais les histoires ne sont pas seulement celles des personnages principaux. Kaoru Mori présente une pléiade de personnages secondaires, brossant ainsi un panorama de la vie de ces époques.

L’auteure étudie en profondeur les cultures, coutumes et mœurs des civilisations qu’elle présente. Ce n’est pas ici le récit de personnages réels, ils sont tous fictifs mais profondément inscrits dans une histoire qui est réelle.

Entrée en matière

Dans Emma, l’auteur s’intéresse aux questions du rang social et des mœurs aristocratiques à l’époque victorienne, tout en jetant un œil sur la vie des domestiques. Le dernier tome de cette série se consacre aux personnages secondaires, elle en présente le passé ou des événements annexes. Parfois même elle développe des personnages nouveaux pour introduire un nouvel aspect de cette société que ce soit le théâtre ou les prostituées.

Tout cela reste relaté au travers du filtre d’une histoire joliment pensée et ne développe pas vraiment les travers plus sombres de la période.

Dans Bride Stories, les vies d’Amira et Kharluk, les deux nouveaux époux ne sont qu’un point de départ au projet de l’auteure. Elle nous fait ensuite suivre un voyageur anglais qui passe par différents endroits où elle développera une nouvelle histoire. On revient régulièrement aux personnages de départ pour permettre une certaine cohérence au récit. Comme le titre le montre, le sujet est la mariéeque ce soit la recherche d’un époux, la cérémonie, la vie quotidienne ou la polygamie, tout y est développé. Le regard du voyageur sert à exprimer nos interrogations et ainsi expliquer les coutumes qui nous sont souvent étranges.

Le dessin

Kaoru Mori est une grande dessinatrice, son récit passe par son dessin, certaines pages ne comportent aucune paroles, juste le mouvement des personnages pour exprimer l’action qui s’y déroule. Le traitement des tissus attire l’œil que ce soit pour les robes victoriennes ou les broderies mongoles. Le sens du détail et la finesse du rendu ne peut qu’être applaudis. Une évolution est même visible au sein d’Emma : si au début le dessin est simple pour exprimer la situation banale de l’héroïne, il prend de la force et se précise lorsqu’elle est introduite dans le monde aristocratique.

bride_stories_810020

C’est avec une certaine douceur que l’auteure nous fait entrer dans ces époques passées, et qu’elle nous fait découvrir le quotidien et les enjeux de ces périodes.

Je ne saurais vous conseiller avec assez de force de vous précipiter vers ces ouvrages accessibles en France !

Malgré mes très nombreuses lectures de mangas, je n’ai pas encore trouvé d’auteur chez lequel les dessins surpassent ceux de cet ouvrage. Sachant qu’elle produit normalement un chapitre par mois, il y a de quoi être admiratif…

Emma est terminé en cinq tomes grand format, publiés chez Ki-Loon.

Bride Stories est encore en cours au Japon, 9 tomes sont disponibles chez le même éditeurs.

Publicités

4 commentaires

  1. Hello 🙂
    J’aime beaucoup ton article ^^
    Ca fait quelques temps que j’entends parler d’Emma mais comme mon libraire ne le propose pas je ne suis pas allée plus loin. C’est en tombant sur Bride Stories par hasard à la bibliothèque que j’ai découvert cette histoire. Les dessins sont époustouflants et les différentes histoires très touchantes. Je n’en suis qu’au tome 5 mais j’adore et je me demande si je ne vais pas me les prendre en grand format notamment au vu de la qualité des dessins et des détails dans les décors.

    Du coup je me demande si je me lance avec Emma, les dessins ont l’air du même style mais quand même moins détaillés, comme je ne suis pas Shojo de base (oui ici c’est un Seinen il me semble), je ne suis pas sûre d’aimer l’histoire (sauf si c’est vraiment un style similaire à Bride Stories). Car les tomes d’Emma sont à 18€ et je ne voudrais pas mettre une telle somme si je n’accroche pas ^^

    J'aime

    1. Bonjour.
      Je suis très contente que mon article vous ait plu.
      Emma est un très bon manga selon moi ne répondant pas aux caractéristiques du shojo. Au mieux je le place dans le josei et non le seinen ( qui est plus accès adulte, violence).
      Emma n’a pas exactement les mêmes dessins que Bride Stories, simplement parce que ce n’est pas le même univers. L’illustration que j’ai mise est en effet très épurée mais la qualité du dessin des costumes et du rendus des vêtements et des émotions des personnages reste forte et finement exécutée.
      Les grands formats ne sont pas si chers si on les compare aux bandes dessinées franco -belges et aux mangas petits formats de moins bonne qualité.
      Je le recommande donc toujours autant. J’espère qu’il vous plaira.

      Anaïs Proust

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s