The Lizzie Bennet Diaries : quand internet réinvente les classiques

C’est avec près de cinq ans de retard que j’ai découvert cette petite perle qu’Internet a fourni en 2012. Créé par Hank Green et Bernie Su, l’histoire très connue d‘Orgueil et Préjugés est racontée de nouveau cette fois sous la forme d’un Vlog. Elle n’est disponible qu’en anglais mais des versions sous-titrées de qualité existent.

L’idée qui peut sembler étrange, voire blasphématoire pour les puristes, fonctionne pourtant très bien : Elizabeth Bennet, ici Lizzie, commence des vidéos blog sur sa vie et cela va être le support pour raconter l’histoire du roman de Jane Austen.

On y retrouve les mêmes personnages interprétés par différents acteurs : Jane et Lydia Bennet, Charlotte, Fitz Williams, Bing Lee (point de faute de ma part), Caroline Lee, William Darcy, Mr Collins, George Wickam. D’autres personnages sont interprétés par Lizzie et ses amis comme les parents Bennet par exemple qu’on ne verra jamais devant la caméra.

L’adaptation

Pour réinterpréter cette histoire sous le format d’une vidéo immobile et dans un contexte moderne, des choix scénaristiques ont été nécessaires. Ainsi Mary et Kitty Bennet, les deux autres sœurs d’Elizabeth dans le roman, sont ici respectivement une cousine et un chat des Bennet. Mr Collins est un ami d’enfance, Wickam un coach sportif, et bien plus de changements à découvrir.

Une histoire à (re)découvrir

Personnellement, j’ai été agréablement surprise par la qualité de cette série. Les épisodes se déclinent en vidéos de 3 à 5 minutes que l’on dévore à une vitesse effarante. Trois spin-off sont à suivre aussi au cours du visionnage : les vidéos de Lydia, Charlotte et Georgiana. Ces ajouts permettent de donner plus de profondeur à l’histoire et aux personnages qui se développent alors loin de Lizzie et permettent au spectateur d’en voir une autre facette.

C’est Lydia qui a l’évolution la plus importante, alors qu’elle n’est montrée dans le livre que comme une fille sans cervelle. Dans cette adaptation, son évolution permet de donner une vraie histoire à un personnage bien trop caricatural dans le roman.

Les personnages ont évolué pour s’inscrire dans un monde moderne où l’objectif de la mère Bennet est toujours de marier ses filles mais où celles-ci s’intéressent plutôt à leur carrière. L’humour du début laisse doucement place à des instants plus dramatiques et romantiques par la suite. Les acteurs sont excellents et soutiennent un format qui peut être restrictif avec beaucoup de talent.

Chaque choix peut sembler étrange au premier abord mais se justifie dans l’ensemble du projet. Si parfois j’ai pu sentir quelques longueurs et maladresses, je dois admettre avoir dévoré plus de cent vidéos en trois jours. Je vous met donc en garde, cette série peut être très addictive.

Je trouve toujours cela merveilleux de connaître une histoire par cœur mais réussir à m’émouvoir de nouveau devant une nouvelle interprétation des personnages. Internet est un nouveau support de création où s’est développé une nouvelle culture. Les créateurs de cette série ont su tôt (2012 je le rappelle) user de ce nouveau média pour remettre au goût du jour des histoires très bien connues de leur audience. Je vous invite donc fortement à découvrir cette interprétation très habile d’une histoire, apparemment intemporelle.

La même équipe a travaillé sur une adaptation d’Emma et Sanditon de Jane Austen mais aussi Frankenstein de Mary Shelley et les Quatre filles du docteur March de Louisa May Alcott. Je vous les conseille avec autant d’enthousiasme.

Publicités

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s