The Joshua Tree Tour, U2 en live à Dublin quand le mythe rencontre la réalité

Le 22 juillet dernier, plus de 80 000 personnes, dont votre humble rédactrice, ont eu la chance d’assister au concert de U2, issu de la tournée « The Joshua Tree Tour », en direct du Croke Park de Dublin. Cet article portera sur ce concert, et l’aventure qui s’accompagne. Voici le « pass » indispensable, à la fois clef d’entrée et souvenir impérissable :

Groupe de rock irlandais originaire de Dublin, composé de Bono (Paul David Newson) au chant et occasionnellement à la guitare, The Eddge (David Howell Evans) à la guitare, au piano et au chant, Adam Clayton à la basse et Larry Mullen Jr à la batterie, U2 s’est formé en 1976 à Dublin. Dès les années 1980, le groupe s’impose comme élément majeur sur la scène mondiale.

Pour la petite histoire, The Joshua Tree est le cinquième album studio du groupe, sorti le 9 mars 1987. Album rock, mais influencé par le blues, le folk et le gospel, on peut le considérer comme l’ « album américain » de U2. Composé de 11 chansons, il se veut en partie conçu comme un reportage, dénonçant le délabrement industriel, politique et moral des États-Unis. Il est l’album de la consécration internationale. Indépendamment du fait qu’il se classe N° 1 dans 23 pays au monde à sa sortie, le succès est dû principalement à ses trois tubes planétaires : Where the Streets Have no Name, I Still Haven’t Found What I’m Looling For, et With or Without you. Le groupe se lance ensuite dans une tournée mondiale intitulée le « Joshua Tree World Tour », d’avril à décembre 1987. Grâce à ce disque, U2 obtient les deux premiers Grammy Awards de sa carrière dont celui de l’ « album de l’année » le 2 mars 1988.

En septembre 1985, Bono et sa femme, Alison, partent un mois en tant que bénévoles dans un camp de réfugiés en Éthiopie. Ils sont très affectés par la pauvreté de la population. Bono confiera plus tard que les éléments de The Joshua Tree (l’approche assez lyrique, les grandes questions, l’idée générale), germaient en lui, à son retour d’Afrique.

À Dublin, nous nous sommes imprégnés de l’atmosphère toute particulière de cette ville ; des habitants à la fois adorables, simples, charmants, et toujours réceptifs aux demandes des touristes ou autres voyageurs, qui se mettent volontiers à leur portée.

Nous sommes passés devant l’église de Smithfeld, de style gothique, les jardins de Markets et le musée d’Art Moderne.

Puis nous sommes passés sous le South-West Inner City,  impressionnant bâtiment qui laisse place à l’imagination…suivi par le North Georgian Core.

À partir de là, les sensations nous ont saisis en arrivant devant le Croke Star dont voici plusieurs aperçus. Quelle émotion intense ! Quelle atmosphère, à la fois bon enfant et vibrante !

Il faut savoir que The Joshua Tree Tour 2017 est une tournée mondiale du groupe de rock U2, débutée à Vancouver le 12 mai 2017, et qui se terminera le 25 octobre 2017 à Sᾷo Paulo, au Brésil.
La tournée, qui se déroule uniquement dans des stades, avait été annoncée dès le 9 janvier, dans le but de célébrer les 30 ans de l’album éponyme. Pour la première fois, et durant chaque concert de la tournée, il est et sera joué en intégralité. Ainsi le titre Red Hill Mining Town sera joué pour la première fois en live.
Cette série de concerts s’affiche déjà comme un énorme succès, puisque le groupe a vendu plus d’un million cent mille billets en seulement 24 heures après l’ouverture de la billetterie, le 16 janvier. Ce qui en fait la tournée la plus populaire et celle qui s’est vendue la plus rapidement de l’histoire des tournées. De plus, elle pourrait être la plus grosse tournée de l’année avec 2,4 millions de billets vendus.
Quand on sait qu’il faut 64 semi-remorques pour transporter l’ensemble du matériel ainsi que 9 bus pour la centaine de membres de l’équipe, on ne peut qu’être ébahis devant une si grande logistique.

12En première partie du concert, se produisait l’immense Noël Gallagher qui a magnifiquement plongé les spectateurs dans une ambiance de feu. Le soleil était encore présent. Cela donne une impression très déstabilisante, mais également onirique, quelque part, d’assister à cette prestation dans la lumière du jour. Noël Gallagher a joué pendant une bonne heure, puis les techniciens ont rapidement mis en place le matériel pour la logistique du concert de U2.

L’atmosphère est devenue plus électrique. Un anonyme fêtait ses 50 ans de façon amusante avec ses ballons lancés dans le ciel encore bleu.

13

Sur la scène, nous étions face à un écran vidéo LED de 14 m de hauteur et 61 m de longeur, dont une courbe étudiée derrière le groupe donne l’impression d’images projetées en 3D. Cet écran était fantastique. Nous y voyons le fameux arbre qui, à l’origine, serait un yucca géant. Celui-ci se trouve dans la zone courbée sur laquelle je reviendrai plus tard.

14

Tout à coup, les accords de Bloody Sunday se sont fait entendre et un grondement sourd est monté tout à la fois de la fosse et des tribunes. Puis New Years Days suivi d’autres morceaux introductifs, tels Pride (In The Name Of Love). Je ne voyais pas le groupe sur scène, et pour cause… Les techniciens avaient installé une autre zone de spectacle sur le côté gauche de la scène mais s’infiltrant dans le public. C’était absolument incroyable ! Bono a chanté les cinq titres que je cite plus loin, puis l’ensemble du groupe s’est retrouvé sur la grande scène, devant l’écran géant, où une route droite au milieu du désert s’est mise à défiler ; route comme on en trouve aux États-Unis.
À partir de ce moment, c’est tout l’album de « The Joshua Tree » que le groupe a joué dans son intégralité en deuxième acte, à savoir l’intégralité des onze morceaux de l’album initial de 1987 : Where the Streets are no Name, I Still Haven’t Found What I’m Looking For, Whith or Without You, Bullet the Blue Sky, Running To stand Still, Red Hill Mining Town, In God’s Country, Trip Through Your Wires, One Tree Hill, Exit, Mothers Of the Disappeared. Pour terminer, Miss Sarajevo, Beautiful Day, Elevation, Vertifo, Ultra Violet, One et quelques autres.
Durant l’un de leurs morceaux, un bruit d’avions s’est fait entendre au-dessus de nos têtes, et voici ce que nous avons vu voir ! Quel bel hommage à l’Irlande !
L’écran géant a permis au public à la fois d’assister à des paysages ou des scènes de la vie, et, parallèlement, de voir pour tous le groupe en train de jouer. Comme cela a été cité plus tôt, c’est l’album américain, d’où les paysages et autres drapeaux !
La lumière du jour faiblissait, mais cela magnifiait encore davantage l’atmosphère. En voici quelques exemples :

Un hommage vibrant aux femmes a été rendu par le groupe. Nous reconnaissons sur ce panneau à gauche Anne Frank, mais tant d’autres ont ainsi été mises à l’honneur.

Avant, pendant, après, dans le stade, dans la rue, des personnes de tout âge, de toute nationalité, se parlaient, se touchaient, échangeaient, communiquaient, avec pour appui la grâce que procure les paroles et le charisme de U2 en toute situation. Cela n’a pas de prix et révèle à nouveau la puissance de la musique dans les processus de communication, voire de paix.

Pour conclure, ce concert de U2 dans leur Dublin natale fut un événement majeur de la scène artistique de l’année 2017, et tous ceux qui ont pu y assister ont le sentiment qu’ils ont vécu un moment qui restera à jamais particulier dans leur vie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s