Goscinny et le cinéma : Astérix, Lucky Lucke & Cie à la Cinémathèque

A l’occasion des 40 ans de la mort de René Goscinny, la Cinémathèque Française présente une exposition qui veut montrer les liens profonds du scénariste au cinéma. Dans des décors réussis qui vous plongent dans l’univers de chaque œuvre, le parcours nous mène chronologiquement de son premier amour pour Walt Disney au César posthume qu’il reçu en 1978. Une belle exposition colorée, riche et ludique ouverte jusqu’au 4 mars 2018.

Réné Goscinny, le fameux auteur d’Ast10- AP Asterix le Gauloisérix, est souvent présenté comme le parfait français. Pourtant il grandit à Buenos Aires, puis à New York ; il s’imprègne ainsi d’une culture typiquement américaine faite notamment de films de Buster Keaton. Il est aussi un grand admirateur de Walt Disney (ses amis le surnomme « Walt Goscinny »). Cette filmographie, cinéma hollywoodien et Disney, sont les bases de l’inspiration de toute sa carrière.

Goscinny étant moins doué en dessin que d’autre, devient scénariste. On sent néanmoins dans ses différents ouvrages une construction visuelle, il ne laisse jamais loin le cinéma. Le Petit Nicolas, illustré par Sempé, est son premier ouvrage a être adapté à l’écran. En 1964, André Michel réalise Tous les enfants du monde qui reprend une histoire du petit écolier.WP_20171014_11_42_56_Pro

Deux ans plus tard, 11en 1967, Goscinny lui même avec plusieurs amis, (Pierre Tchernia, Roger Pierre, Jean Marc Thibault et Lino Ventura) concoctent une petite séquence animé, Deux Romains en Gaule, qui passe à la télévision. C’est la première fois qu’Astérix prend vie ! Le gaulois, né en 1959, est un énorme succès notamment avec l’album Astérix et Cléopâtre (1965) qui est vendu à plus de 350 000 exemplaires. Astérix le Gaulois qui est réalisé sans que Gosciny ou Uderzo ne soient au courant, est suivi par plusieurs adaptions qui sont désormais toujours faites avec eux.WP_20171014_11_50_17_Pro

Lucky Lucke a le droit à sa version animée en 1971 avec Daisy Town. Au delà des adaptations du cowboy, ces albums sont de véritables caricatures des westerns américains. Les références sont nombreuses aux films de John Ford, aux acteurs comme David Niven, Wallace Beery, Gary Cooper etc.

En 1973 c’est la naissance du studLogo Studio idВfixio Idefix ! Entreprise ambitieuse, le studio emploie une cinquantaine de personnes et produit son premier long métrage en 1976. Les 12 travaux d’Astérix est un scénario original écrit par Goscinny et Tchernia, réalisé d’après le storyboard d’Uderzo. C’est un succès qui est suivi par La Ballade des Dalton, une autre œuvre originale qui sort en 1978, après la mort de Goscinny.

René Goscinny est aussi présent sur le petit écran, de plus en plus souvent depuis les années 1960. Il est invité dans des émissions comme Aujourd’hui Madame, réalise et joue dans les Minichroniques en 1976.

7- Asterix 564 copyrightLe scénariste meurt le 5 novembre 1977 mais son œuvre ne s’arrête pas là. Il est récompensé d’un César posthume pour l’ensemble de son œuvre dès 1978.

Et ses personnages continuent de vivre au cinéma avec de multiples adaptions : du Petit Nicolas de Laurent Tirard en 2009 à Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre d’Alain Chabat en 2002, en passant par le Lucky Lucke de Terence Hill en 1991 ou Astérix : Le Domaine des Dieux d’Alexandre Astier en 2014. C’est sur la projection d’extraits de ces différents films que se clôt l’exposition.

A travers 7 salles à la scénographie efficace et originale, la Cinémathèque nous (re)plonge et nous fait (re)découvrir la richesse de l’œuvre de Goscinny. Alain Chabat disait en rigolant lors de la projection d’Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre le 7 octobre 2017 à la Cinémathèque, qu’adapter un album de Goscinny était un travail de feignant, qu’il n’y avait presque rien à faire. Tout est déjà dans les cases ; décor, cadrage, dialogue, il suffit de remplir les trous entre les cases. Cela résume bien le propos de l’exposition : l’œuvre de René Goscinny est formidablement cinématographique.

18- POOR lone 665

FAB_40x60_PetitNicolas.indd

Goscinny et le cinéma : Astérix, Lucky Lucke & Cie est ouverte du 4 octobre au 4 mars 2018 à la Cinémathèque Française. Plein tarif 11€ / Tarif réduit 8,50€. Pour en savoir plus. Une large sélection de films est présentée tout au long de l’exposition, n’hésitez pas à regarder le calendrier disponible sur le site de la cinémathèque !
Une journée porte ouverte étudiant est organisée le 10 novembre, accès gratuit à l’exposition et aux collections de la Cinémathèque (sur réservation).
On vous conseille aussi les Revues du web de la Cinémathèque, où vous pourrez trouvez pleins d’articles, anecdotes, photos, grappillés sur le web autour de Réné Goscinny et ses personnages.
A l’occasion des 40 ans de la mort de René Goscinny, une autre exposition le concernant est présenté au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme, René Goscinny. Au delà du rire (du 27 septembre au 4 mars 2018).

Un commentaire sur “Goscinny et le cinéma : Astérix, Lucky Lucke & Cie à la Cinémathèque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s