Le festival 100% à la Villette

Pour la troisième année consécutive, La Villette organise le Festival 100% du 22 mars au 8 avril. Il comprend une exposition, de nombreuses installations artistiques, mais aussi des concerts, des spectacles, des performances et bien d’autres choses encore…

Le Bonus ? Cette année, le festival coïncide avec les 35 ans de la Villette ! Le week-end du 24 et 25 mars de nombreuses activités, mais aussi des représentations, des fêtes et des performances s’installent un peu partout dans le Parc de la Villette, le tout gratuitement.

On vous emmène faire un tour d’horizon des différentes installations ! L’artiste phare : Will Ryman

Will Ryman est un artiste New-Yorkais qui s’est fait connaître pour ses sculptures monumentales, travaillant le plus souvent sur l’absurde. Par exemple, ses sculptures Roses ont été installées sur Park Avenue (photo ci-dessous). Il a auparavant été dramaturge pendant 12 ans. Pour le festival, il a réalisé trois installations monumentales dans le Parc de la Villette.

Résultat d’images pour will ryman roses

Heads 

La première, nommée Heads, accueille les visiteurs à la sortie du métro Porte de Pantin. Situées sur le parvis de la fontaine devant la Grande Halle, sept sculptures monumentales jaunes vives sont dispersées. L’artiste explique lui-même que c’est son travail de dramaturge et sa passion pour l’absurde qui l’ont inspiré. En effet chacune de ces « têtes » est nommée d’après une ligne tirée de sa pièce préférée En attendant Godot de Samuel Beckett. Pour lui, chacune de ces phrases sont des vérités universelles.

IMG_2376Quant à la manière de travailler ces sculptures, il a essayé de trouver un équivalent plastique de l’écriture automatique, activité qui avait fait ravage chez les surréalistes pendant la première partie du XXème siècle. Le concept étant de fermer les yeux et d’écrire tout ce qui nous traverse l’esprit sans y réfléchir. Will Ryman lui a pris d’immenses blocs de terre cuite allant de trois à sept mètres de haut, puis il a fermé les yeux et les a modelés jusqu’à être satisfait du résultat. Enfin, il a moulé ses modelages dans une résine matte jaune citron. Il justifie le choix de cette couleur par un désir d’utiliser une couleur contemporaine et complémentaire. Contemporaine, parce que ce jaune rappelle celui des panneaux de signalisation et des bandes aux sols à New York, une évocation du style de vie urbain en somme. Complémentaire parce que le jaune tranche avec le rouge de certains bâtiments métalliques à la Villette, et se détache bien sur les pavés et la Grande Halle.

IMG_2375

Sisyphus

Sisyphus est une structure monumentale  en bronze noir de quatre mètres de haut qui a été placée dans le parc, non loin de la Géode. Cette sculpture, que l’artiste considère comme un buste, est une réinterprétation du mythe de Sisyphe, et plus particulièrement, du texte d’Albert Camus. Il livre ici une réflexion sur le cycle de la vie et l’éternel recommencement.

La technique utilisée est la même que précédemment, il a modelé quasiment les yeux fermés, puis a réalisé un moulage en bronze. L’ensemble pèse plus de 4 tonnes.

Ce que Will Ryman aime particulièrement dans cette sculpture, et dans toutes les installations monumentales dans de grands espaces comme la Villette en général, c’est que la statue vue d’un peu loin paraît minuscule par rapport à l’immensité du parc. Ce n’est que quand on voit quelqu’un passer à côté, que l’on se rend compte à quel point elle est grande. Il y a une certaine magie du jeu sur l’échelle. 

Pac-Lab 

La dernière et non moins monumentale sculpture de Will Ryman est installée au pied de la Géode. Il s’agit d’une sorte de labyrinthe aux couleurs vivesfait de la même résine que Heads. Son emplacement a été choisi afin que la structure puisse d’ailleurs se refléter dans la Géode.

Résultat d’images pour will ryman labyrinthe la villette

Le principe est d’offrir une pause aux passants qui souhaiteraient s’aventurer dans le labyrinthe. Le but pour l’artiste n’est pas que les gens se perdent mais plutôt d’évoquer tout simplement cette idée de recherche inhérente à la structure.C’est pourquoi le labyrinthe ne mesure pas plus d’1m50 de haut, afin que l’on puisse voire les environs.

Will Ryman déclare s’être inspiré de Mondrian,tout en ayant conservé cette technique de modeler les yeux fermés. Il voulait que l’ensemble ait l’air usé et enfantin, que l’on voit volontairement les traces de doigts. La seconde source d’inspiration de l’artiste est Pac-man, et l’univers des jeux vidéos en général. Cela explique le titre, mais aussi les couleurs, noir, blanc, jaune, rouge et bleu, pour rappeler les pixels.

Les Folies

Exception faite de Will Ryman, la Villette a aussi fait le choix cette année de laisser des cartes blanches aux artistes émergents, qui seront à n’en pas douter les grands artistes de demain. Pour cela, elle a mis à disposition un certain nombre de bâtiments, de taille moins impressionnante que la Grande Halle, certes, mais tout de même grands. Ces annexes sont appelés les Folies

L’école d’architecture de Paris-La Villette

Les étudiants de l’école d’architecture de Paris-La Villette ont investi le bâtiment pour un projet nommé Farraham-22. Farraham est le nom supposé d’une femme qui a été prise en photo en 1922 et que l’on retrouve dansla plupart des banques d’images.
Partant de ces photos, les étudiants ont imaginé un chat-bot, une version moderne de cette Farraham, avec laquelle on peut communiquer. Ils ont ainsi rassemblé sous la forme d’archives des objets, sons et photos liées d’une quelconque manière à Farraham. Chacun de ces artefacts a été placé dans une boîte. Le public peut scanner le code de cette boîte avec l’application Messenger, le système de messagerie instantanée de Facebook, et ainsi recevoir une photo, un audio ou voir les étudiant exécuter une performance. Un projet pluridisciplinaire, donc, qui rassembleperformance artistique, installation et technologie.

Le collectif Hehe et le projet Absynth

Hehe est un duo formé des artistes Helen Evans et Heiko Hansen. C’est une expérience multi-sensorielle qu’ils proposent à la Villette.

On entre dans une salle sombre au centre de laquelle on peut voir des sapins rassemblés, éclairés par une lumière verte. On est frappé par l’odeur des sapins, et par l’arrière fond sonore, synthèse de musiques, de bruits de forêt et d’autres sons encore. Pendant un temps qui ne doit pas durer plus de 5 minutes, Hehe réussit l’exploit de nous transporter dans un monde totalement surréaliste et magique. Grâce à des vibrations et des stroboscopes, ils donnent l’impression que la pluie qui arrose les sapins pendant la séquence remonte vers le ciel.

IMG_0291

Hehe explique qu’ils veulent proposer ici une réflexion sur la monoculture et cette idée de « désert vert », qui tend à disparaître. Ils ont notamment utilisé uniquement dessapins de récupération, trouvés après Noël. Cela permet de dénoncer une consommation excessive que l’on peut mettre en relation avec la photosynthèse, évoquée par cette pluie qui remonte.

Villette Makerz

Villette Makerz est unFablab, laboratoire créatif de conception et de fabrication. En plus simple, il s’agit d’un espace qui accueille, en semaine, les artistes ou professionnels pour leurs projets personnels, et le week-end, le grand public pour des ateliers de création.

Cet espace permet aux professionnels de disposer de divers matériaux et de technologies pointues, tout en proposant une émulation et une réflexion collective. La création s’axe autour de l’idée de transmission, il faut donc que les résidents au Villette Makerz proposent ensuite un projet que l’on peut transmettre.

C’est justement ces différents projets qui sont exposés à l’occasion du festival 100%. Les idées sont diverses, mais toutes prometteuses. Les artistes ont été invités à travailler sur le thème de récupération, en allant chercher des objets au rebut et en les réutilisant. Il y a par exemple des boîtes en papier journal et colle de poisson, des ordinateurs fabriqués à partir de jerrican, des abat-jours en sac plastique etc.

L’un des projets les plus impressionnant est celui de la marqueterie informatique : on décrit à l’ordinateur les chutes de matériaux que l’on a à disposition, et il propose une liste des objets à fabriquer.

IMG_2381

L’exposition 100% Beaux Arts, point central du festival, est aussi très dense et enrichissante. Puisqu’elle met en avant 51 artistes jeunes diplômés des Beaux Arts, et qu’elle a été scénographiée par l’Ecole d’Architecture Paris-Malaquais. C’est pourquoi un article à part entière lui sera consacrée ultérieurement.

Enfin, vous l’aurez compris, la programmation du festival 100% à la Villette est chargée, ne serait-ce que d’un point de vue strictement artistique. Et encore, on n’a pas évoqué les différents spectacles … En somme, un festival formidable qu’on recommande fortement ! 

Ariane Da Cunha

Couverture : Copyright Change is good

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s