Regards numériques sur le Mont Saint-Michel

Peu d’entre nous connaisse le merveilleux musée des Plans-reliefs, situé tout en haut du musée de l’Armée, aux Invalides. Pourtant, celui-ci propose pendant 3 mois une toute nouvelle médiation numérique autour de la maquette du Mont Saint-Michel, un des fleurons des plans-reliefs proposés par le musée. A la jonction entre réalité augmentée, reconstitution virtuelle, documentation archivistique et reliefs patrimoniaux en 3D, c’est une véritable réussite qui va sans doute contribuer à la (re)connaissance de ce musée.

L’exposition proposée par le musée n’est pas très longue mais permet, de manière brillante, de mettre en lumière tous les secrets à la fois de la maquette du XVIIe siècle et du Mont Saint Michel lui-même. L’expérience menée par le visiteur se déploie en deux temps. Le premier consiste à faire le tour des cimaises afin d’observer toutes les archives et les photographies du Mont, allant de vues d’époque aux tableaux Romantique, en passant par les plans et les aquarelles. Ses restaurations mais également ses redécouvertes par les artistes et architectes sont évoquées. Parfaitement équilibrée, elle apporte suffisamment de connaissances sur ce bijou monumental, sans trop en faire, mais englobant tous ses aspects.

Et au milieu de l’espace, trônant en majesté, la maquette XVIIe de ce monument (breton ou normand, on vous laisse trancher) autour de laquelle le visiteur est invité à tourner et à examiner chacun de ses détails. Celle-ci est réalisée à l’échelle 1/144e et est constituée de bois, de papier mâché teinté, de carton, de papier peint, tissu, soie et métal, autant dire que sa restauration due être un tantinet complexe. En tournant autour, le visiteur peut alors s’apercevoir que certaines parties s’ouvrent comme la Merveille afin de pouvoir voir l’intérieur. Celle-ci se fait alors révélatrice des changements qui ont été opérés entre le XVIIe siècle et notre époque.

kZXfQnR0.jpeg
Vues du plans-reliefs du Mont-Saint-Michel, avant 1691 (Paris, Musée des Plans-Reliefs) © RMN-Grand Palais (musée des Plans-Reliefs) / Adrien Didierjean

Le deuxième temps de la visite, et de loin le plus fascinant, a été conçu en seulement 4 mois par les entreprises spécialisées dans la numérisation du patrimoine Iconem et Holoforge Interactive, et patronné par Microsoft. Le visiteur est invité à se munir d’un HoloLens, un casque de réalité augmentée qui permet de bénéficier d’une médiation d’environ 15 minutes sur la maquette et l’abbaye fortifiée. Après un calibrage du casque où l’on demande au porteur de « suivre une bouboule bleue » et pouvant paraître un peu long,  la médiation peut commencer. Se mêlent alors mise en valeur de la maquette par des agrandissements ou des colorations particulières, œuvres d’art numérisées qui sont aussi présentées dans l’expo, histoire racontée et reconstitution numérique de parties manquantes ou modifiées. Une petite surprise au milieu de la médiation vient enchanter le visiteur et parfaire cette expérience (no spoil).

Cette médiation est totalement originale, comme une formule découverte de la maquette. Elle permet de circuler tout autour en suivant les commentaires et la fameuse sphère bleue qui se déplace de l’abbaye aux remparts, de l’avant à l’arrière, et de prendre en compte chaque détail qui aurait pu passer inaperçu. Mention spéciale à la restitution de l’environnement aquatique du Mont qu’il est facile d’oublier avec juste la maquette à disposition. L’affichage des œuvres venant accompagner le propos commenté se fait naturellement sur le côté et ne perturbe en rien la compréhension, d’autant plus que celles-ci apparaissent même si quelqu’un nous passe devant, ne rompant pas l’immersion. Même si l’on doit reprocher un son encore un petit peu bas, les images et les commentaires sont clairs, compréhensibles et accessibles. La réalité augmentée est totalement maîtrisée par ses concepteurs, les mouvements sont fluides et s’adaptent parfaitement au porteur du casque, ce qui rend véritablement agréable cette expérience. La translation plane de la restitution 3D du Mont aujourd’hui, réalisée par Iconem, est un plus puisqu’elle permet de prendre conscience des changements qui l’ont affecté depuis la réalisation de la maquette. Cette médiation est donc une réussite totale que votre rédactrice s’est fait une joie d’essayer !

Capture.JPG
Asobo Studio

Par ailleurs, cette exposition fournit le prétexte idéal pour aller également jeter un œil à la collection de plans-reliefs exposée dans le musée. Dans une pénombre voulue, chaque maquette se révèle intensément, sublimée par sa cage de verre sur laquelle parait nettement le nom du site ou de la ville représentée. De Toulon en passant par le château d’If et les fortifications de Vauban le long du littoral atlantique, les principales places fortes françaises sont reproduites en miniature. Bien que leur facture ancienne tranche vraiment avec le contexte muséographique moderne, leur précision géographique et topologique est incroyable puisqu’elles servaient alors d’outils stratégiques et de bases pour l’aménagement du territoire et notamment la construction de fortifications bastionnées (liées au développement de l’artillerie). La plupart ont été créées à la demande de Louvois, ministre de la guerre de Louis XIV, à partir de 1668, puis la tradition a persisté jusqu’en 1870. Afin de magnifier la puissance royale et exalter le pouvoir territorial des rois et de l’empereur, elles étaient exposées aux Tuileries puis au Louvre avant d’être transférées aux Invalides au XVIIIe siècle. Elles sont aujourd’hui de précieux documents quant à la situation des campagnes et des réseaux urbains avant la révolution industrielle et la création des grands axes de transports. Leur conservation est essentielle, d’où le faible éclairage pour ne pas altérer les multiples matériaux dont elles sont constituées.

Visible seulement jusqu’au 14 Janvier, foncez avec votre famille, vos enfants et/ou vos amis voir cette exposition qui ravira petits et grands par son côté ludique et très bien documenté qui vous donnera envie de faire un petit tour du côté de la Breta… Normandie !

Crédits image à la une : Asobo Studio

Plus d’informations : 

VnQl_wNA.pngExposition « Le Mont Saint-Michel, regards numériques sur la maquette« , du 11 octobre au 14 janvier 2019 au Musée des Plans-reliefs, Hôtel national des Invalides, 129 rue de Grenelle, 75007 Paris.
Horaires : 10h00 – 17h00
Plein tarif : 12 € / Tarif réduit : 10 €

Le nombre de casques de réalité mixte étant limité, il est fortement recommandé au public de réserver des HoloLens, en amont de votre visite, à l’adresse email suivante : pedagogie.plans-reliefs@culture.gouv.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s