Suspiria de Dario Argento (1977)

Halloween est passé mais vous voulez encore vous faire peur ? Suspiria, réalisé par Dario Argento, est parfait pour rester dans l’ambiance. Sorti en 1977, ce monument des films de Séries B vous fera frissonner avec délectation. C’est aussi l’occasion de se préparer à la sortie prochaine du remake par Luca Guadagnino (Call me by your name) qui promet un moment d’épouvante inoubliable.

Véritable maître de l’horreur et du Giallo (mélange de thriller, cinéma d’horreur et érotisme) Argento nous livre ici un conte terrible, son premier film purement fantastique. Visuellement bluffant, le film est mené avec perfection par Jessica Harper (Phantom of the Paradise), épaulée de Joan Bennett (connue pour ses rôles de femmes fatales chez Fritz Lang) et Alida Valli (connue entre autres pour ses rôles chez Visconti et Hitchcock).

Suzy, jeune étudiante, laisse les Etats-Unis derrière elle pour intégrer une des plus prestigieuses écoles de danse en Allemagne. Elle arrive à parvenir tant bien que mal jusqu’à l’école sous une pluie battante. Mais on refuse de l’introduire et elle doit passer la nuit dans le centre-ville de Fribourg. Le lendemain, elle peut enfin se rendre à l’école mais y apprend que deux étudiantes ont été assassinées la veille au soir. Suzy se lie d’amitié avec Sara (Stefania Casini) qui lui avoue que des faits étranges se déroulent régulièrement dans l’école. Les incidents se multiplient et Suzy décide de mener sa propre enquête au sein du bâtiment centenaire qui pourrait abriter bien plus qu’il n’y parait.

suspiria-dario-argento-968813

Mieux vaut ne pas plus en dire et vous laissez découvrir ce film et son intrigue à l’ambiance à la fois kitsch et angoissante.

Parfois critiqué pour sa cohérence scénaristique, le film se savoure surtout pour sa beauté onirique et inquiétante, avec une alternance de scènes gores devenues presque jubilatoires grâce aux effets spéciaux criards des années 1970. Le réalisateur a puisé dans ses propres cauchemars ce qui peut expliquer quelques confusions et une impression de temps qui se distend.

Suspiria est le premier volet de la Trilogie des Enfers également appelée Trilogie des Trois Mères qui explore le thème de la sorcellerie, et dont les suites sont Inferno (1980) et La Troisième Mère (2007).

Le film présente des jeux de lumière très poussés. On plonge dans une nuit rouge sang, effet de style baroque presque rococo mais dont on ne se lasse pas. Du bleu, du jaune, du vert, toutes les couleurs y passent pour le plaisir des yeux. C’est un des derniers films tournés en Technicolor, ce qui permet ces couleurs si éclatantes et bariolées. Cité par Nicolas Winding Refn comme inspiration esthétique pour The Neon Demon, le travail de la lumière de Luciano Tovoli a porté ses fruits au point d’influencer encore de nos jours.

suspiria

Chaque plan est filmé avec un tel soin qu’on approche la maniaquerie. Les gros plans sur les visages des personnages inquiétés et inquiétants, souvent éclairés sous des angles particuliers, rappellent l’esthétique expressionniste allemande que l’on retrouve dans le Nosferatu de Murnau. La composition léchée des images et l’architecture particulièrement géométrique ont probablement inspiré Stanley Kubrick pour recréer l’Overlook dans Shining.

Le film est servi par une bande originale aussi qualitative et hypnotique que l’image, composée et interprétée par Goblin, groupe représentatif du rock progressif italien des années 1970. La bande son ésotérique, flottante, est ponctuée de chuchotements, de râles, participant au malaise ambiant.

En somme, tous les éléments du genre sont rassemblés dans Suspiria. Le film se laisse voir ou revoir avec autant de plaisir (et de frayeur) à chaque visionnage !


44613846_364863477585999_2918728631830183936_o

Si vous souhaitez venir trembler devant Suspiria, le ciné-club de l’Ecole du Louvre vous propose une projection le mercredi 7 novembre à 18h20, en amphithéâtre Cézanne pour la modique somme de 2 euros. Si vous êtes extérieurs à l’École n’oubliez pas d’envoyer un mail (avec vos nom et prénom) à cineclubecoledulouvre@gmail.com au moins 24h avant la séance.

Images : Suspiria de Dario Argento, 1977

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s