La cité de Teotihuacán

Créée entre le Ier et le VIIe siècle, la cité de Teotihuacán, surnommée « la cité qui crée les dieux », est située à environ 50 kilomètres de la ville de Mexico. Il s’agit encore aujourd’hui de l’une des plus grandes cités méso-américaines les plus connues et les plus importantes à ce jour. Plusieurs temples comme celui de Quetzalcoatl ou encore les pyramides du Soleil et de la Lune ont fait la renommée et la célébrité de cette ville de l’Antiquité mexicaine.

Brève description de Teotihuacán

Le village de Teotihuacán a été fondée bien avant l’ère chrétienne. Mais ce n’est que vers le Ier siècle que ce dernier a commencé à s’agrandir pour former la cité telle que nous la connaissons aujourd’hui.

teo 2
Maquette de la cité, © Frédéric Letullier

Elle était alors considérée comme la plus grande cité des Amériques et pouvait alors accueillir environ 25 000 habitants. Organisée selon un axe nord-sud, la ville comptait de nombreuses pyramides et de nombreux temples dont les plus célèbres et les plus importants sont les pyramides du Soleil et de la Lune ainsi que le Grand Ensemble et le temple du Serpent à Plumes. Chose intéressante, le cours du fleuve San Juan a été modifié pour qu’il puisse croiser l’Avenue des Morts. Le style architectural ainsi que l’organisation des espaces a très certainement servi de modèle d’urbanisation pour les civilisations et les villes qui ont succédé à Teotihuacán.

Il a été révélé récemment que la ville mesurait 36 km² lors de son apogée et que le cœur religieux n’équivaut qu’à 10% de la surface totale de la cité. De nombreux palais et villas ont été retrouvés en périphérie comme La Ventilla ou Zacuala à l’ouest, Xala et Tenpatitla à l’est.

800px-Tepantitla_mural,_Ballplayer_B_Cropped
Fresque murale du complexe de Tepantitla représentant un joueur de balle, © Daniel Lobo

La ville a ensuite été brûlée et abandonnée au VIIe siècle de l’ère chrétienne.

Critères de classification de la cité par l’UNESCO

La cité de Teotihuacán est l’une des villes les plus exceptionnelles de la période méso-américaine. Elle possède un ensemble de monuments religieux et civils des plus harmonieux et à la décoration riche et rare. La rigueur des bâtiments ainsi que ses 1 000 000 m3 de pierres en font l’un des ensembles les plus importants. L’art des Teotihuacános (le peuple ayant construit la ville) est souvent considéré comme le plus abouti parmi ceux des civilisations du Mexique. De plus, cette cité représente la puissance et l’influence que cette civilisation a exercé entre le Yucatán et le Guatemala jusqu’à sa chute au VIIe siècle. Teotihuacán et son site archéologique sont les vestiges d’une pré-urbanisation mexicaine dense et complexe, pouvant accueillir 25 000 habitants. Les monuments religieux comme le temple de Quetzalcoatl expriment toute l’importance que cette civilisation portait aux cultes des divinités et au sacré, éléments essentiels de tous les peuples précolombiens. Teotihuacán, des siècles après sa déchéance, a continué à influencer les peuples mexicains comme les Aztèques qui pratiquaient toujours les mêmes sacrifices humains rituels au XVIe siècle, prouvant encore son importance et son impact sur le monde précolombien.

Sauvegarde du patrimoine

teo 3
Cité pré-hispanique de Teotihuacán (Mexique), © Frédéric Letullier

L’UNESCO n’est pas le seul acteur de la protection du site contre les intempéries (la pluie et le vent) et les radiations solaires. De nombreux travaux de réaménagement ont débuté dès le début du XXe siècle. En effet, après les premières fouilles du site en 1884, il a été décidé par les instances de l’époque de reconstruire la pyramide du Soleil qui a eu alors droit à la création d’un cinquième gradin. Les travaux se sont poursuivis avec des restaurations en béton qui sont aujourd’hui considérées comme ayant eu un impact négatif sur l’ensemble de Teotihuacán. Une politique plus stricte a débuté en 1962 mais ne se concentre que sur le centre religieux de la cité. Bien que parfois discutables, ces actions ont su préserver la ville jusqu’à nos jours. De nouvelles directives ont alors débuté en 2012.

En plus de l’UNESCO, le Mexique se préoccupe lui aussi énormément du site de Teotihuacán. Dès 1972, une loi fédérale protège la ville et ses environs. Plusieurs décrets présidentiels sont également en action. Les municipalités de Teotihuacán de Arista et San Martin de la Pirámides ont mis en place « un Plan municipal commun de développement urbain et une Réglementation sur l’image urbaine » entre 2008 et 2009. Ces différents acteurs cherchent à préserver à long terme ce bien exceptionnel, témoignage du passé mexicain.

Le temple de Quetzalcoatl

640px-Teotihaucan-3027
Temple du Serpent à Plumes, Wikimedia Commons, photo prise par jschmeling

Il s’agit ici de la troisième plus grande pyramide de la cité. La structure est partiellement connue pour les milliers de corps qui ont été retrouvés non loin du bâtiment. Ce temple est aussi dédié à Quetzalcoatl, l’une des divinités primordiales des peuples précolombiens. De nombreuses sculptures représentant le Serpent à Plumes décorent l’architecture. Cette construction est située à l’extrême sud de l’Avenue des Morts et fait partie intégrante de « la Citadelle », un complexe constitué de deux palais, du temple ainsi que d’une grande esplanade. Au niveau architectural, le temple est élevé sur sept degrés qui font intervenir le talud talero,

Taludtablero

un style qui s’est ensuite généralisé à de nombreux monuments précolombien. Ce dernier fait intervenir un talud, un mur oblique qui est encadré par des tableros, des panneaux verticaux encastrés dans la corniche.

Il est également intéressant de noter que les dieux Quetzalcoatl (dieu de la création) et Tlaloc (dieu de la pluie, aussi appelé Thalocantecuhtli) se retrouvent sur les tableros de la pyramide. Ces derniers semblent fusionner sur les bas-reliefs des talud qui exposent un serpent entouré d’eau.

Les pyramides du Soleil et de la Lune

La première est le monument le plus grand de la cité de Teotihuacán. Située sur l’axe principal de la ville, elle est construite non loin de la pyramide de la Lune et de la Citadelle. Bien que désignée comme Pyramide du Soleil par son découvreur, Bernandino de Sahagún, il a depuis été prouvé que cette bâtisse vénérait une divinité de la pluie – très certainement Tlaloc. Construite au début du Ier siècle, en stuc, la pyramide s’élève sur 65 mètres et compte 265 marches. De plus, une grotte découverte au XXe siècle, semble lui être liée. En ce qui concerne la Pyramide de la Lune, cette dernière mesure 46 mètres de haut et est située au nord de l’Avenue des Morts. Des fouilles ont révélé qu’il existait environ sept phases de constructions et que des sacrifices humains ont été faits pour les dieux. Des corps et des objets rituels ont été découverts lors des prospections. Les chercheurs et les archéologues ne savent pas vraiment la divinité qui lui est liée. Certains comme Esther Pazstory ont émis l’hypothèse qu’il pourrait s’agir de la Grande déesse de Teotihuacán mais rien de sûr.

La cité de Teotihuacán, reflet d’un passé incertain, est l’un des sites majeurs du Mexique précolombien. Exceptionnel de par son importance culturelle et historique, il continuera néanmoins de questionner les chercheurs pendant encore de nombreuses années.

Image à la Une : Cité de Teotihuacán, Wikimedia Commons, photo prise par BrCG2007

Pour en savoir plus :

Publicités

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s